Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Dialogue social > SNCF : le calendrier des jours de la grève des cheminots qui devrait durer trois mois...

SNCF : le calendrier des jours de la grève des cheminots qui devrait durer trois mois...

SNCF : le calendrier des jours de la grève des cheminots qui devrait durer trois mois...
Le 18 mars 2018
Il faut sauver le statut de cheminot ! L'intersyndicale SNCF a décidé de pousser gouvernement à ouvrir des négociations, en décidant d'une grève de 36 jours sur 3 mois ! Grève innovante ou prise en otage des usagers ? On vous dit tout ici.

"L'intersyndicale constate que le gouvernement n'a aucune volonté de négocier", et qu'il "prend la responsabilité (d'un) conflit intensif sur une très longue durée" a déclaré à l'issue d'une réunion relative aux mesures annoncées pour réformer le secteur ferroviaire, et en particulier le statut des cheminots,  Laurent BRUN, Secrétaire national de la CGT Cheminots, principal syndicat de la SNCF. Bien décidés à forcer le gouvernement d'Edouard PHILIPPE, et en particulier Elisabeth BORNE, Ministre des Transports, à ouvrir un espace de négociation, les membres de l'intersyndicale CGT-UNSA-SUD-CFDT de la SNCF ont annoncé une grève nationale sur le rythme de "deux jours sur cinq", du 3 avril au 28 juin. 

Une mobilisation innovante : 36 jours de grève répartis sur 3 mois... dont les vacances scolaires et l'intégralité des ponts du mois de mai.

Didier AUBERT (CFDT Cheminot, 4e), s'est félicité de cette "mobilisation innovante" au sortir de la réunion, indiquant par ailleurs que "Clairement, on attend une ouverture de la part du gouvernement (...) C'est au gouvernement d'ouvrir des négociations".

Au total donc, l'intersyndicale CGT-UNSA-SUD-RAIL-CFDT Cheminots a prévu 36 jours de grève étalés sur trois mois, dont les vacances de printemps des trois zones et la totalité des ponts du mois de mai, et programmés de manière prévisionnelle comme suit : 

  • Avril : grève les 3, 4, 8, 9, 13, 14, 18, 19, 23, 24, 28, 29
  • Mai :  grève les 3, 4, 8, 9, 13, 14, 18, 19, 23, 24, 28, 29
  • Juin : grève les 2, 3, 7, 8, 12, 13, 17, 18, 22, 23, 27, 28.

Les modalités de ce mouvement de grève sont pour l'heure inconnues. L'intersyndicale s'est donnée rendez-vous de nouveau mercredi 21 mars pour décider des détails du mouvement. Laurent BRUN a toutefois prévenu : "plus de 25.000" personnes seraient d'ores et déjà attendues à la manifestation nationale du 22 mars à Paris, qui se joue en parallèle de la mobilisation des fonctionnaires.

Une "posture incompréhensible" dénoncée par Elisabeth BORNE, Ministre des Transports.

S'exprimant sur BFMTV, Elisabeth BORNE a clairement désapprouvé le procédé des syndicats de la SNCF. "Je ne peux que déplorer cette décision qui manifestement vise à pénaliser les usagers"J, insistant sur le fait que cette "posture est incompréhensible" en ajoutant "ma posture à moi, c'est la concertation, la négociation".

De son côté, Guillaume PEPY, qui dirige la SNCF depuis février 2008, a déploré sur la plateau du journal de TF1 que cette grève soit "un peu décalée par rapport à la concertation qui est engagée", estimant, dans le sillage de la Ministre des Transports, qu'il s'agissait "d'abord d'une mauvaise nouvelle, une mauvaise chose pour les 4 millions et demi de français qui prennent le train tous les jours"

Afin de minimiser au maximum les effets de cette grève sur les usagers, Guillaume PEPY s'est engagé à publier chaque jour à 17 heure la liste des trains circulant le lendemain et promis de mettre en place des solutions d'acheminement des voyageurs en s'appuyant notamment sur le co-voiturage, en mobilisant des bus, des cars ou même des VTC. Une promesse qui rappelle sa réaction lors du TGV Lille-Paris de 13h13 lorsque Guillaume PEPY avait vu le train s'arrêter sur voie du fait d'un suicide, et qu'il avait décidé d'informer lui-même les voyageurs... 

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Dialogue social  -  Actualités juridiques

Les derniers avocats

Trouver votre avocat