Menu
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Actualités juridiques > Droit à la déconnexion : est-ce possible même en congé ?

Droit à la déconnexion : est-ce possible même en congé ?

Droit à la déconnexion : est-ce possible même en congé ?
Le 23 juillet 2018
La période estivale a débuté, laissons place aux congés ! Mais pas pour tout le monde…Si le droit a la déconnexion a été instauré depuis 2016, il ne semble pas encore avoir été intégré par tous les salariés.

Tous accros au boulot ? La majorité des salariés répondraient par la négative à cette question. Alors qu’à l’issue des vacances estivales 2017, un tiers des actifs en emploi sont restés connectés à leur boîte mail, smartphone ou encore tablette (étude du cabinet Eléas). Ainsi, temps de congé ne rime pas toujours avec détente et repos.

Le droit à la déconnexion : qu’est-ce que c’est ?

« Le droit à la déconnexion est une spécificité française » (Xavier Alas Luquetas, dirigeant d’Eléas). L’arrivée des smartphones et des messageries électroniques a considérablement brouillé la frontière entre la vie professionnelle et la vie privée. Les sollicitations étant potentiellement permanentes, le temps de travail ne se limite plus au temps passé au travail. Ainsi, plus aucune sphère n’échappe à l’emprise de l’employeur.

Face à de nombreux cas de burn-out, d’heures supplémentaires non payées et de non-respect des heures de repos, a été introduit le droit à la déconnexion par la Loi du 8 août 2016.

Ainsi, le droit à la déconnexion a pour objectif d’assurer le respect des temps de repos et de congé ainsi que la vie personnelle et familiale des salariés.

La véritable déconnexion a des effets positifs. Lorsqu’elle est réellement mise en place et effective, le nombre d’arrêts maladie chute nettement.

Être connecté en vacances : une normalité ?

Vérifier sa boîte mail, emporter des dossiers à terminer…Ces mauvaises habitudes des salariés en congé peuvent provoquer du stress voire gâcher leurs vacances ! Alors que c’était l’occasion de se couper complètement de son activité professionnelle.

L’utilisation d’outils numériques professionnels pendant les vacances est plus fréquemment observée chez les cadres. Les obligations professionnelles et l’anticipation d’une charge importante au retour des vacances sont les deux principales raisons pour lesquelles les salariés restent connectés durant leur congé. La culture d’entreprise sur le surinvestissement peut également être une source de connexion durant les vacances. Elle incite de manière implicite les salariés à rester connecter.

Faut-il prévoir des exceptions au droit à la déconnexion ? Certaines grandes entreprises en ont prévu. Par exemple, Areva prévoit qu’ « en cas de circonstances particulières, nées de l’urgence et de l’importance des sujets traités, des exceptions au principe du droit à la déconnexion seront évidemment mises en œuvre ». De la même manière à La Poste, « l’usage de la messagerie professionnelle ou du téléphone en soirée ou en dehors de jours travaillés doit être justifié par la gravité et l’urgence et/ou l’importance exceptionnelle du sujet traité ».

Pour contrer cela, l’employeur doit mettre en place des actions pour cadrer les temps de travail des salariés afin qu’ils ne se sentent pas obligés de répondre à une requête professionnelle durant la vie personnelle. Pour que les salariés profitent réellement de leurs vacances, c’est d’abord au manager de montrer l’exemple.

Décrochez de votre travail pour vous reposer, ne serait-ce pour un retour serein et efficace à la rentrée !

                                                                                                                     L'équipe juridique Droit-travail-france.fr

Cette actualité est associée aux catégories suivantes : Actualités juridiques  -  Contrat de travail  -  Securité au travail  -  Travail et vie privée

Les derniers avocats

Trouver votre avocat